Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

Sur le I-52, l'or du Mikado

L’Or du Mikado.

Qu’en est-il exactement de ce trésor embarqué sur le sous-marin japonais  I 52 ?

I 52 titre copie copie.jpg

Il faut avant toute chose retenir la version officielle de faits.

Ce sous-marin d’une taille imposante quitte le Japon avec son équipage complet. Son but, rejoindre si possible l’Allemagne avec un chargement stratégique de matériaux dont le Reich est privé. On relève dans la liste du caoutchouc, des métaux précieux, des médicaments, opium et quinine.

Mais surtout deux tonnes de lingots d’or pur.

Les alliés qui ont réussi à percer le code naval japonais vont le suivre à la trace et selon eux, le U-boat jap va être coulé.

Et c’est là, que les avis divergent

Les Américains qui sont prêts à renflouer l’épave, en quelques endroits qu’elle se trouve prétendent que le I 52 se sachant poursuivit aurait eu un rendez vous au large dans l’atlantique avec un U-Boat allemand. C’est le 23 juin 1944, que des Avengers d’un porte-avions le coule. Cela c’est la première version.

avion i 52.jpg

Il en existe, une seconde.  Le  I 52 aurait réussit à rejoindre la France et aurait été bombardé , envoyé au fond à 70 mètres au sud de l’île de Groix. Un seul plongeur local aurait même plongé dessus.

Depuis, le mystère s’est épaissi et l’on ne parle plus des deux tonnes d’or.

Pourtant, ce n’est pas une mince affaire. Qui va être reprise très discrètement par un ancien plongeur Pro dit « le vieux scaf’ ». Il s’agit d’un ermite qui, après une existence faite d’aventures scaphandrières,  s’est retiré dans un mazet au fond des Cévennes.

Lui ne croit pas à ce qu’il appelle des billevesées.

Et il a raison, car cela bouge dans le monde de la plongée sous-marine TEK.

Une équipe  s’est réunie dans le Var au fond d’une grotte, située en bord de mer, ayant appartenu à un pionnier de la plongée, pour y établir une chasse partie, comme au bon vieux temps des corsaires.

Il y a là des pointures que l’on ne peut nommer sans risquer de s’attirer l’ire de ces gaillards pas toujours causants.

Aussi, après avoir prêté le serment du secret jurant sur «  le monde du silence » voisin d’un Colt 45 et d’une vendetta corse, il écoute ce « vieux scaf’ ».

Ce dernier ne participe pas à la cérémonie, et attend la fin pour livrer son secret :

-         Le I 52 prévenu par l’amiral Donytz à franchit Gibraltar poursuivi par le destroyer britannique «  Darling Clementine » qu’il à semé  grace à la puissance de ses machines de type Walter. Il devait livrer l’or à Bizerte afin qu’il soit inclus dans le «trésor de Rommel » à bord du Sagona qui l’attendait devant l’île de la Galite.

Malheureusement, son commandant, peu au courant de Méditerranée considérée à tort comme une mer facile, a été s’éventrer sur le banc des Esquerquis que vous connaissez tous. Avant ou après avoir livré l’or sur le Sagona ? rien ne vient le confirmer.

Je tiens ces documents d’un pirate seynois, Fulvio Palombaro, qui lui-même les aurait obtenus des archives du Conseils de l’Europe, grace à ses relations torrides avec la responsable du patrimoine subaquatique la trop connue Margaret van Mouléfrit.

C’est au matin que, galant homme, il lui a posé la question sensible « alors heureuse...» qu’elle a accepté, de le mettre en relation avec le professeur Jacobus Biertulip, Directeur de son service, un chercheur pointu ayant retrouvé des dossiers secrets à la fin du dernier conflit.

Le vieux Scaf  n’ira pas plus loin. Il jette sur la table un document ancien sur lequel  figure, sur le banc des Esquerquis, le point de l’épave du I 52.

carte.jpg

-         À vous de jouer messieurs…

Il va les laisser devant cette révélation en leur demandant de chanter l’hymne des chercheurs et Pirates français   se terminant par :

-         À la santé du roi de France et …

C’est à ce moment que sa femme, une jeune et belle cévenole, vient le récupérer pas contente :

-         Il va falloir cesser de  lui faire boire du rhum agricole, pour l’entendre raconter ces histoires de scaphandriers, qu’il traîne depuis la Sogétram et qui l’empêche de dormir. Il se lève en pleine nuit ouvre son ordinateur et ricane « Je vais la leur raconter moi, l’histoire de l’épave… » Et le lendemain, il part en plein délire.

Mais tous, imprégnés par ce  qu’ils viennent de découvrir, se retrouvant ensemble, décident d’aller plus loin et surtout plus profond.

Cela ne sera pas facile, plusieurs questions se posent :

Où se trouve actuellement l’Or du Mikado ?

l'or du scaf.jpg

-         Au fond de l’Atlantique

-         Au sud de l’île de Groix

-         Ou plus simplement au fond des cales inexplorées du Sagona,

dit aussi, le Grec à Porquerolles.

Où dans ce cas, il faudra se méfier de la ténacité de l’adjudant Troubarède, le gendarme de l’île qui lui vient de retrouver la trace de « La Passagère du Sagona ».Une nommée, Sophia Cytéros, née le 13 novembre 1925 dans le Péloponèse. Agent gréco-italique de l’Abwehr, matricule « SA 11 », dite Antinéa.

antinéa.jpg

Va savoir comme on dit sur le port du Brusc…

Peut-être apprendrez-vous la suite si je décide de l’écrire cet hiver… ou l’an prochain quand je je passerai l’été dans mon mazet cévenol…



21/08/2018
24 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 394 autres membres