Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

Les Îles de Sabine

Un carnet de mouillages dans les Îles d’or.

sab 1.jpg

Nombreux sont ceux qui vous ont présentés des journaux de bord, des conseils judicieux pour découvrir Porquerolles, Port Cros et le Levant.

Personne n’atteint la réussite de Sabine dans ce domaine.

Sab +.jpg

Tout d’abord l’ouvrage est beau et c’est important car il vous incite à l’ouvrir et, immédiatement après avoir franchi les premières pages, à découvrir tout ce que l’auteur, véritable artiste marine, veut vous faire connaître de ces lieux paradisiaques traduit par ses aquarelles d’une grande sensibilité. 

Mais ce n’est pas que cela, c’est aussi très gentiment proposé tout ce que vous pouvez faire avec votre bateau et tout ce qu’il ne faut pas faire risquant de détruire ne serait qu’une minime partie du biotope.

Séduit par une présentation didactique vous ne pouvez que suivre ces directives nécessaires. Par exemple comment mouiller votre bateau sans arracher les posidonies ce poumon de la mer.

sab 2.jpg

Dans mon cas, il m’a été possible de revivre des moments inoubliables, des aventures et quelques anecdotes picaresques  vécues dans les « Les Îles de Sabine »

Je ne parlerai cependant que ce que j’évoque sur seulement quelques pages.

-         Le Langoustier, ce sont mes premières recherches archéologiques sur une épave antique située au milieu de la baie. Au large il y a l’épave d’un sous-marin de poche allemand coulé lors du débarquement de Provence. Il est peu connu car il y a 80 M de fond.

sab 3.jpg

-         La pointe d’Escampobariou, il m’est arrivé de la franchir en route sur Toulon alors que plongeur dans la marine il y soufflait un mistral violent. C’est au cours de l’un de ces passages alors que j’étais à la barre de la VP 771 du GERS que j’ai été guéri totalement du mal de mer, selon une méthode virile mais efficace.

sab 4.jpg

-         À la pointe Prime, dans peu de fond, j’ai pêché des rougets que nous accommodions selon une recette porquerollaise « Le rouget sauce foie » car c’est ainsi  que les gens de l’île  «…ils en sont friands »

sab 5.jpg

-         La plage d’Argent qui m’a fait écrire une nouvelle primée par l’association lire à Porquerolles au titre évocateur  « Le trésor de la plage d’argent » l’histoire d’un scaphandrier qui y découvre des amphores.

sab 6.jpg

-         L’Alycastre et son dragon qui cache l’épave de la Tempête, une canonnière servant de cible qui repose là, ayant largué ses amarres sous la canonnade.

On y trouve de gros violets que j’offrais à des amis qui en appréciaient le gout iodé très fort.

sab 12.jpg

-         À l’Oustaou de Diou,  au large se trouve une épave, connue seulement par un corailleur, le British Monarch, un cargo coulé par uns sous marin allemand en 1917. Mais il y a 100 M de fond.

sab 7.jpg

-         À la Galère, j’ai fais des recherches archéologiques sur ce qui pouvait encore rester du village antique des potiers. J’y ai trouvé nombre de tessons  cassés par les tempêtes. Au large j’ai souvent plongé sur les grandes épaves du Donator et du Grec. Sur le Donator nageaient des liches dans le bleu autour du mat encore en place dans les années 50.

sab 8.jpg

-         Les Mèdes, ces rochers au pied desquels il y a, coté nord, les restes d’une cargaison de tuiles romaines provenant d’une épave. Juste à côté devant la Pierre Ponce, il y a eu longtemps un moteur d’avion, certainement un B 26 Marauder et qui en est reparti un jour dans le filet d’un chalut. Il y  avait autour des restes de fusils certainement destinés à la résistance. L’un de ceux-ci, très rouillé, à fini décorant le manteau de la cheminée de mon ami Jacques.

sab 9.jpg

-         La plage Notre Dame où Sabine fait si bien figurer sur la carte et au centre de son aquarelle la Batterie de La treille qui a été allouée longtemps à mon ami Jacques. J’ai largement participé à sa remise en état et au transport des tuiles du toit depuis Toulon. Des tuiles que l’acteur JP. Belmondo à piétiné et cassées joyeusement pour des besoins cinématographiques.

Il y est fait aussi état sur la carte de deux ducs d’albe, c’est à dire deux piliers de pierres,  se trouvant au large. Derrière l’un d’eux se cachait un très beau denti, méfiant qui nous faisait enrager…jusqu’au jour ou il a oublié d’être méfiant et où j’ai été mieux placé que d’habitude, lui délivrant une invitation à diner à notre table, qu’il n’a pas pu refuser.

sab 10.jpg

-         Sur la carte du Levant il y a, à son extrémité, la pointe du Titan. Au large se trouve une épave d’amphores dont des amis ont voulu en prélever une en souvenir,  au cours d’une matinée venteuse et picaresque.  Sur le retour vers Toulon, ils ont été inspectés par les Darlans, ces gendarmes maritimes. Ces derniers trouvant un malheureux mécanicien couché les bras en croix dans la cabine, agonisant du mal de mer, ont préféré cessé leur visite.

sab 11.jpg

Je ne vais pas vous en dire plus, Sabine le fait beaucoup mieux que moi. Pour ce faire, vous pouvez consulter son site sur www.atelierdesabine.com.

 Mais dites-vous bien que si vous voulez naviguer autour des Îles d’or ce document en plus d’être agréable vous sera indispensable.

Vous le trouverez à l’Atelier de Sabine.

Ou alors, vous pouvez lui en faire la commande par chèque de 31 € (25 € + 6 € de port) adressé à :

Sabine Chautard

Rue joseph Pellegrino

83400 Porquerolles

Sur votre demande elle vous dédicacera son ouvrage.

atelier sabine 1.jpg



12/08/2015
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 336 autres membres