Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

Premiers sur l'avant du Grec en 1956...

J’étais matelo et plongeur au GERS.

1.grec.JPG

Frédéric Dumas y était détaché comme Ingénieur

Un matin le commandant lui confie une mission de la plus haute importance :

-         Frédéric lui dit-il, tu vas aller à Marseille voir ce scaphandrier lourd qui t’a dit savoir où se trouve l’avant du GREC. Nous partirons demain, Vendredi aux îles essayer du matériel. Au retour, nous irons rechercher le morceau de cette épave et où personne n’a jamais plongé.

2.ep grec.jpg

M. Dumas nous rapporta le soir même tous les éléments nécessaires à la découverte de cette tranche d’épave.

Avant d’aller plus loin,  je vous explique ce qu’était à l’époque l’avant du Grec.

Il n’y avait pas beaucoup de clubs de plongées.  Seule la Marine Nationale plongeait sur ces deux navires le Grec et le Donator, coulés dans la grande passe entre Porquerolles et Port-Cros.

Nous sommes donc partis le vendredi sur la vedette VP 771.

3. VP 771.jpg

Nous avons passé la journée en essais de matériel. Le soir comme à l’ordinaire, le Pacha a fait amarrer la VP au ponton de Port-Cros. C’était son lieu favori et il était connu sur l’île. Les habitants ne disaient-ils pas en nous voyant accoster :

-      té ! voilà le « Yachte » du Commandant Chauvin

Volontaire désigné d’office lors de la première sortie comme cuisinier, je préparais le repas pour tous.

Donc plat unique ce qui arrangeait bien mes talents culinaires débutants. Après le repas copieusement arrosé de rouge DP pour l’équipage et d’Aumerade AOC pour les officiers (et pour le cuisinier !) nous nous retrouvions tous au carré où un Aspirant, un recruté comme nous, jouait de la guitare, alors que nous dégustions en accompagnement un alcool des îles.

Le lendemain, il ne régnait pas une grande forme au sein de l’équipe de plongée.

Cependant, il fallait se rendre sur l’épave et découvrir son avant fantôme.

Arrivés sur place les volontaires ne se bousculaient pas, et ce d’autant plus qu’une grande houle venant sans doute d’un coup de vent dans l’Ouest nous faisait rouler bord sur bord.

Avec mon ami Jo Imbert, nous étions sans doute les moins touchés par les ravages du Tafia de la veille. Aussi le Pacha s’est tourné vers nous sachant que nous étions toujours partant du moment qu’il s’agissait de plonger.

-      alors les gars…qui va y aller faire cette première ? Bon, je vois que Imbert et Loridon sont prêts, et bien c’est pour eux !

Saut à l’eau de l’arrière de la VP, le tri acier bien en place sur le dos, le CG 45 parfaitement réglé, la bouée Dumas autour du cou, nous descendons le long du mouillage qui nous emmène vers le Grec. L’eau est claire et la houle disparaît au bout de quelques mètres. Nous ne tardons pas à voir l’épave.

4. grec.jpg

Nous allons suivre maintenant les consignes qui nous ont été données, celles que Frédéric DUMAS a donc obtenues de son scaphandrier marseillais.

-      en partant de l’arrière de l’épave…vous la quitterez et en nageant 50 à 100 mètres vous allez trouver l’avant…

Effectivement, nous voyons apparaître, masse imposante cette partie tranchée par la mine sur laquelle le Grec à explosé et coulé.

5. av grec.jpg

Elle est bien droite sur le fond, nous arrivons et en bas sur le sable niche un gros homard. Les pinces bien en avant pas gracieux du tout !

6. Homard  grec.jpg

Nous remontons sur le pont où se promènent quelques beaux et appétissants rougets. Et tout à coup, le monstre…une langouste, mais quelle bête. Elle doit faire un bon kilo ! Je la prends (dans mon filet)…en photo bien sûr (qu’est-ce que vous êtes en train de vous imaginer !) Mon ami Jo lui, est a l’arrêt un peu plus loin, il vient d’en trouver une deuxième celle-là, c’est un record, elle doit dépasser les deux kilos. Pas facile de la faire rentrer (dans notre filet)…l’appareil photo, elle ne se laisse pas faire, mais avec beaucoup de sens artistique, le nôtre est très développé en la matière…nous finissons par y arriver.

7. langouste grec.jpg

Le temps passe et, finalement, il faut remonter.

Une fois en surface, tout le monde est ébahi devant les deux langoustes…(dans le filet), en photos !

Ben voyons ! Le partage est vite fait, les officiers auront la plus grosse photo et nous l’autre ! La photo du homard, on verra la prochaine fois !

-      8 mots en italiques rayés nuls

 

 

 

 

 

 

 



11/10/2013
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 334 autres membres