Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

Dans la résurgence de Port Miou en 1953…

En 1953, nous étions une équipe de plongeurs...

...amateurs au Clan Éclaireurs de France Claude Sommer. André Galerne chef dudit clan avait décidé de prendre en charge notre formation.

Ce qui n’était pas une petite affaire. Mais lui rien ne l’arrêtait.

Il avait donc monté un stage de plongée, que nous exécutions à Marseille, sur le terrain de la Station Marine d’Endoume.

camp 53 labo.jpg

Satisfait des prestations subaquatiques des premiers jours du stage, pour nous récompenser, il nous avait mené faire une plongée dans la résurgence de Port Miou.

Après  la mise à l'eau sur la dernière plage, nage au tuba en surface, entièrement équipé, avec le tri bouteille acier sur le dos.

Arrivée devant l'ouverture, plongée et nous nous enfonçons dans les entrailles de la terre.

sortie eau cassis.jpg

Dans la partie haute de la grotte, le mélange d'eau douce, qui sort avec un fort débit, trouble la vue. Il s'en échappe des bancs de loups de belle taille.

C'est merveilleux, car nos bulles d'air qui, telles des gouttes de mercure, se répandent dans le plafond au milieu des gorgones, sont peut-être parmi les premières en ce lieu mythique.

Loups cassis.jpg

Nous continuons donc et nous apercevons très vite une lueur diffuse vers laquelle nous nous dirigeons.

À cet instant, nous faisons surface dans le puits dit des Phéniciens. À tribord, nous percevons la suite de la galerie, obscure et noire. Et surtout inquiétante ne nous incitant pas à aller plus loin

Nous restons donc un moment en bas, dans la lumière distribuée par ce large conduit vertical.

Pas question de continuer, alors retour vers la mer. Je me souviens que vers le large, un canon type 75 reposait sur ses deux roues dans les posidonies.

Nous allons le voir ses pneus sont encore gonflés. Il devait être en batterie sur le haut de la falaise et a certainement été projeté à la mer par ses servants avant leur fuite, en 1944.

canon.jpg

Nous rejoignons la plage d'abord en plongée avec ce qui nous reste d'air, et ensuite comme à l'aller, au tuba en surface.

J’ai tellement gardé un souvenir profond de cette plongée parmi mes premières incursions subaquatiques que faisant travailler mon imagination, cela va sans doute voir éclore mon prochain roman intitulé « L’Or de la Calanque.

couv possible.jpg

 

 

 

 



10/11/2015
18 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 341 autres membres