Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

Au Rouveau, avec la brûlante Anémone.

Au Rouveau, avec la brûlante Anémone.

1. titre.jpg

Je connaissais bien l’anémone de mer plus couramment appelée Ortie de mer, et l’usage culinaire que l’on pouvait en faire

Ces bestioles sont très urticantes, pour les décoller de la roche où elles sont fixées, il faut se servir délicatement d'une fourchette avec un grand manche.

Ces animaux marins allaient nous faire vivre une anecdote truculente lors d’une de nos sorties en mer, avec ma femme alors que nous étions au mouillage avec notre « Corail rouge » de voir débarquer sur la plage voisine une horde de touristes qui mirent en place un gros réchaud à gaz, une poêle, une bouteille d’huile d’olive et de la farine.

2. au mouillage.jpg

Le responsable de cette joyeuse bande de « blaireaux » grand gaillard bronzé, portant barbe bonde, parlant haut et clair, les réunit et leur tint un langage viril :

-         Nous allons aujourd’hui découvrir un reflet intéressant du monde sous-marin, Ce que vous connaissez sous le joli nom d’anémone de mer.

Murmures de satisfaction dans la foule. Il expose que :

-         Eh bien, nous allons en faire un mets délicieux. Mais avant, il faut aller les chercher et je vais vous faire voir, comment on opère. Attention comme vous pouvez le constater, j’ai des gants, ce qui n’est pas votre cas. Cela pour bien vous faire voir la dangerosité de cette pêche.

Frémissements et regards admiratifs de la gent féminine.

3. anémone.jpg

Notre mentor subaquatique se met à l’eau, accompagné de ses compagnes et compagnons. Ces dernières en rangs serrés autour de lui, ne voulant pas manquer cet instant d’une tranche de vie essentiellement pédagogique.

Visiblement, elles ne tinrent pas compte des conseils péremptoires de leur guide, pressés qu’elles étaient de passer au chapitre dégustation.

Sortant de l’eau une demi-heure après, elles se firent entendre par des cris et hurlements :

-         Ça brûle, j’ai les bras tout rouges, quelle horreur !

Et se voulant incantatoires :

-         PAF, pour Paul-Aimé-François (car il se faisait ainsi prénommer, cette appellation étant très « tendance ») au secours, que doit-on faire ?

Avec ma femme, suivant cette aventure de près, nous étions tout ouïe.

Je me suis dit que ses protégés d’un jour, auraient ainsi des aventures à raconter lors de leurs prochains cocktails parisiens.

4. pêche anémone.jpg

Et de se livrer aux joies, du souvenir photographique, ce qui leur permettrait d’asséner des vérités péremptoires :

-         Si tu savais, Françoise-Joséphine, ce que « PAF » nous a fait vivre après un séjour au large dans une île. Après des heures de navigation dans une mer démontée, il nous a fait plonger comme Cousteau. Comme nous n’avions rien pour nous nourrir, nous avons dû pêcher notre repas.

Et tenez-vous bien des anémones de mer, c’est d’un dangereux à capturer…

-         Mais par contre quel délice. Je vais m’en faire livrer chez Fauchon. Vous y goûterez prochainement sur ma table…

Pour en revenir à cette exploration collective, leur éducateur mit le réchaud en batterie et fit griller à la poêle les anémones le plus simplement possible.

5. anémones à la poêle.jpg

Accompagnées seulement de quelques gorgées d’eau minérale, on ne peut pas dire que le repas fut somptueux, malgré l’état de semi pâmoison de ses égéries :

-         Ah ! PAF quelle journée merveilleuse ! Quelles découvertes ! Grâce à toi nous pénétrons une nature généreuse. Comment se fait-il que certains meurent de faim ?

L’une d’entre elles, un peu plus délurée et bonne vivante, vint à la nage vers nous. Nous lui avons offert un verre de rosé à bord. D’où cette réponse de sa part :

-         Dites donc, c’est meilleur avec votre vin !

Il faut dire qu’il s’agissait d’un Bandol du domaine de l’Estagnol.

L’ayant invité à en prendre un autre, je me suis attiré, après son départ, une réflexion aigre-douce de ma femme :

-         Évidemment, celle-là avec son joli petit pétoulet, tu l’invites. J’aurais bien voulu voir ce que tu aurais dit, si cela avait été celle qui  a un gros tafanari.

Notre journée s’est ainsi terminée, en plus, elle fut distrayante.

6. rosé féraud.jpg

 

 



02/11/2017
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 334 autres membres