Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

Au Brusc, le canon à Christophe

Une épave ? Un souvenir il y a vingt ans…

0. titre.jpg

Le canon de la balise des Magnons ou le canon à Christophe…

Ce n’était pas le premier dont on me faisait état. Il y avait eu les deux canons du Cap nègre qui figurent dans mon livre « Amphores ».

1. Livre Amphores.jpg

Je rappelle que, fruit de l’imagination d’un chasseur sous-marin de mes amis, malgré des recherches pointues, je ne les ai jamais trouvés.

2. detecteur.jpg

Par contre, des pêcheurs m’ont dit qu’il s’agissait de deux flotteurs rouillés de pédalos qui pris dans leurs filets étaient repartis à la mer au large.

Mais, cette fois-ci c’est visiblement plus sérieux.

C’est un moniteur du club de mon ami Didou, Christophe qui me dit un jour :

-         Vous qui faites des recherches et des prospections pour le DRASSM, il y a un canon à côté de la balise des Magnons.

3. balise magnons.jpg

Effectivement, après une plongée ensemble, je constate qu’il y a là couché entre les roches une belle pièce d’artillerie ancienne en fer. Nous en faisons la déclaration d’invention avec Christophe, afin qu’il en soit l’inventeur, auprès de Monsieur Cercio, des Affaires maritimes de Bandol qui à autorité sur les eaux du Brusc.

4. Canon Christophe.jpg

Il me connaît très bien, car chaque année, je viens lui faire mes déclarations d’inventeur. Nous entretenons des liens amicaux avec lui et ses gros chiens de sauvetage, gros terres neuves noirs allongés en travers de la porte.

C’est un canon très long, de fort calibre peut être tirant des boulets de 36 livres, armant les plus gros vaisseaux de ligne français, ainsi que les batteries côtières, Que vient-il faire ici ?

Car, il n’y a jamais eu de bataille navale dans ce secteur à part celle de Tauroentum. Lors de cette dernière en 49 av JC, on ne connaissait pas encore l’usage de la poudre.

J’interrogeais mes amis Anne et JP. Joncheray, des archéologues de haut niveau dont les publications nombreuses servent très souvent de références.

Ils sont venus expertiser et photographier l’engin. Mais, là aussi, Jean Pierre ne trouve pas trace du naufrage d’un navire à cet endroit. Je peux vous garantir que ses archives sont nombreuses précises et bien tenues.

5. Magnons.jpg

Alors, il m’est revenu en souvenir l’usage des canons comme bites d’amarrage dans les ports. Je me suis aussi souvenu que cette balise avait été construite à une époque où n’existait pas le béton armé. Pour la solidifier, le canon a dû être utilisé comme âme pour la renforcer.

Lors de l’un des ses écroulements, il est tombé à la mer et s’est coincé entre les roches où Christophe l’a découvert. Cette hypothèse est toute personnelle, si quelqu’un en a une autre… ?

 



31/05/2019
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 438 autres membres