Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

À Six fours, Les corbs de la Casserlane.

Les corbs de la Casserlane.

1. titre.jpg

Et le grand prédateur.

Il était une fois…il y a bien longtemps de cela, un splendide banc de corbs sous la balise de la Casserlane, celle qui se trouve devant le Brusc quand on se rend aux Embiez.

Posée sur un obstacle pour en signaler le danger, elle se trouve cernée d’un amas rocheux, le tout baignant dans une eau claire.

Tôt le matin, quand j’ai ouvert les yeux au fond de mon masque Squale, j’ai provoqué une fuite éperdue de toute la gente poissonnière. 

Seuls des corbs, hiératiques, continuaient à évoluer, tranquilles.

2. corbs sous balise.jpg

Je me trouvais ce jour-là en train de les admirer, et j’ai eu ce réflexe du chasseur frappé par tant de beauté. Alors,  j’ai été pratique mon prélèvement un peu plus loin vers des sars qui, jugés nombreux, pouvaient subir les résultats de mon bas instinct et mon appétit.

Je revenais de temps en temps à la Casserlane quand un ami pêcheur me larguait en passant et me récupérait au retour après avoir levé ses filets.

C’était cela la vie au Brusc, ne chassant que le minimum pour nous faire plaisir. Nous n’étions pas considérés comme des concurrents, bien au contraire, car les bruscains, n’hésitaient pas à nous indiquer les meilleurs lieux de pêche.

Tout aurait continué ainsi longtemps, lorsque est apparu « Le grand Prédateur »

Non cela n’avait rien d’humain ni d’animal

. Non, c’était un robot créé par l’homme bien sûr !

Il s’agissait dans les années 60 de l’arrivée du « Congélateur »

3. congélateur.jpg

Et là, les poissons ils ont compris ! Ils ne s’en sont d’ailleurs jamais remis. Ce que je dis souvent à des chasseurs sous-marins actuels quand je les vois s’immerger à la pointe du Gaou

-         Vous ne verrez plus jamais ce que nous avons vu, il y 60 ans seulement.

Car du jour où cet engin pratique bien sur est devenu diabolique, plus rien n’a arrêté le prélèvement des poissons et la désertification des fonds sous-marins.

Il fallait tirer sur tout ce qui bougeait et qui se consommait, pour en tirer un large profit, clandestin souvent. Les acheteurs de tous genres affluaient, il y avait de la place dans le congélateur !

Et me beaux corbs de la Casserlanne, ils ont disparu

Sauf que depuis quelque temps on en voit réapparaître, tels ceux photographiés par Hélène à Portissol.

4. corbs hélène.jpg

Effectivement, un moratoire a été mis en place, en 2014, pour, comme cela a été le cas pour les mérous, en interdire la chasse.

Le dit moratoire arrive à sa fin en décembre, nous devons espérer et souhaiter qu’il soit, lui aussi reconduit.

Car comme me l’a dit un jour mon ami Nardo Vicente :

-         Si tu laisses la nature tranquille, elle va très vitre reprendre ses droits.

Nous en avons la preuve dans les réserves intégrales où le poisson est revenu comme au temps de nos beaux jours.



19/07/2018
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 389 autres membres