Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

Requins à tout cœur.

Ainsi vous parle Fabienne Rossier.

fabienne-rossier-devant-l-un-des-requins-du-musee-de-la-mer_3108958_1000x500.jpg

Mais avant d’aller plus loin, je retrouve le souvenir de mes premières plongées en mer de Cortès en…1954. Une époque où le requin était tueur et mangeur d’hommes. Où venait s’ajouter la peur ancestrale envers des animaux porteurs de rumeurs et légendes affreuses. Alors, croyez- moi lors de mes premières immersions, je ne pensais qu’à cela.  Heureusement, dans ces eaux pourtant poissonneuses, je n’ai vu que quelques requins fort loin de nos ébats.

Sans titre - 1.jpg

Peut-être peu habitué au voisinage des plongeurs, notre présence n’éveillait pas leur curiosité. Sans doute aussi étaient-ils repus lorsque le cuisinier du bord vidait sa poubelle sur l’arrière., où quelques beaux spécimens venaient se repaîtrent.

À la suite de quoi le vieux scaf que je suis à toujours conserver une certaine méfiance envers ces gros poissons et le frisson a toujours existé.

Je n’en suis que plus admiratif à la lecture de l’ouvrage de Fabienne Rossier.

Et une fois les pages ouvertes, on n’en sort plus jusqu’à la fin.

le requin.jpg

Surtout quand dans ses pages, elle nous conter avec enthousiasme ses rencontres alors qu’elle caresse un requin-marteau de Charm el Cheik qui, tel mon cocker, vient  chercher un câlin.

Aussi, quand elle caresse le ventre d’un requin-tigre le « top Prédateur ».

Après d’autres aventures, toutes si passionnantes, vous serez capable suite à des descriptions et images contenues dans l’ouvrage, de faire la différence entre les races de requins que vous pouvez être amener à rencontrer le plus souvent.

 

Enfin, vient la tristesse et la révolte, quand j’apprend que trois requins disparaissent  chaque seconde, dans le but de transformer les ailerons en soupe insipide sans succès gastronomique, si ce n’est pour le fabricant du produit.

Je termine donc en vous incitant chaudement à la lecture de :

couv.jpg

« Sharks my Feelings »

Ceci pourrait nous éviter  de voir se réaliser ce qu’affirme hélas avec justesse Yves Paccalet « L’humanité disparaîtra bon débarras ! »

Pour l’achat de ce livre commande par chèque de 14 € + port à :

Sharks Mission France

193, rue des acacias

01190 Sermoyer

75 % de cette somme est reversée à l’association

Dédicace sur demande.

Pour en savoir plus :

www.sharks-mission.fr

sharksmission@gmail.com

 

 

 

 

 



28/11/2016
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 336 autres membres