Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

Un mystérieux B 26 à Porquerolles

Un mystère non éclairci à ce jour…

Ce sont des poissons qui m’ont faire découvrir des restes d’un moteur laissant supposer qu’il s’agissait là d’un B 26.

C’est au cours d’une chasse sous marine derrière les Mèdes, avec des amis, que nous sommes tombés sur ces débris métalliques dont l’un en forme de moteur en étoiles. Il y avait épars autour, des fusils dont il ne restait que la partie métalliques. Après examen c’étaient des carabines italiennes Stati, portant la baîonette pliante sous le fut.

6.jpg

C’est un véritable mystère que je n’ai jamais pu éclaircir si ce n’est ce qui m’a été raconté et que j’ai pu transcrire ici, en le romançant un tant soit peu.

Lors du débarquement de Provence le 18 août 1944…

À l’aube, plusieurs groupes de Maraudeurs B 26 sont en cours de décollage par très beau temps sur un aérodrome de Sardaigne ou de Corse.

1.jpg

Leur objectif, la presqu'île de Saint Mandrier, en particulier deux canons de 340, installés dans des casemates bétonnées.

2.jpg

Seul l’un des B 26, en cours de chargement, va décoller trente minutes plus tard. Il porte en plus de ses bombes des containers de matériel destinés à être parachutés, aux hommes des maquis de Provence.

Malheureusement, après sa passe de bombardement, alors qu’il virait sur l’aile il a été aperçu par une pièce de 88 de la batterie de Peyras.

4.jpg

Victime d’un tir proche, traînant derrière lui, dans le ciel bleu, un long panache de fumée noire, le pilote va redresser son appareil afin de permettre à son équipage de sauter en parachute.

3.jpg

Continuant un long parcours, vers l’est, l’avion va aller se cracher au large des  rochers des Mèdes sur la façade est de l’île. Il va exploser, en touchant l’eau, répandant son chargement et sa carcasse sur une grande surface bordant le littoral au lieu-dit de la pierre ponce.

5.jpg

Les posidonies fauchées par l’impact vont se redresser et se multiplier, au fil des ans, faisant disparaître presque tous les débris métalliques de l’épave. Seul des bancs de saupes, ces brouteuses d’herbes marines, viendront repeupler les lieux.

Un beau corb va attirer mon attention et finir sur ma flèche

Quand je suis retourné l’année suivante, tout avait disparu, seul subsistait une large trace de chalut parmi les posidonies, le moteur à du finir ailleurs.

 



11/03/2014
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 318 autres membres