Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

Travaux sous-marins explosifs

Un singulier chantier à Sanary

Un beau matin de juillet des années soixante, le maire me demande d’aller sur la plage de Portissol où viens de se produire un accident grave.

Arrivé sur les lieux je découvre une malheureuse touriste d’outre-Rhin au poste de secours des CRS, où au milieu des hurlements et du sang répandu sur le sol, mon ami  le CRS Joe Brun est entrain de lui mettre un pansement sur un pied joliment entaillé.

Il me met au courant :

-         Ce sont les ferrailles du ponton qui viennent encore de se dégager du sable !

Lesdites ferrailles, ce sont les anciens piliers du ponton situé au milieu de la plage devant le restaurant,  « Le Cigalon ». Cet ouvrage précaire s’est oxydé et un jour de tempête a pris le large nous laissant des ferrailles affûtées comme des lames de rasoir.

J’avais été appelé par le propriétaire qui, en échange d’un repas sympa, nous avait demandé de les découper ce que j’avais fais en utilisant un chalumeau sous marin le Pyrocopt de l’Air liquide.

1. découpage.jpg

Mais la plage de Portissol commençant à perdre son sable, ces pointes dangereuses réapparaissaient périodiquement.

J’avais eu le même problème l’année précédente sur la plage de Cavalière.

Là ce n’était pas les piliers d’un ponton mais une épave de LCVP datant du débarquement de Provence. Il en restait des membrures métalliques qui coupaient les doigts de pied des touristes, transformés en « Pieds et paquets »

Un jour, une personnalité ayant été accidentée envoya une lettre au Préfet déclenchant ainsi une intervention d’urgence.

Vu l’importance des travaux et soulignons le, en pleine saison touristique j’utilisais les grands moyens. C’est-à-dire l’utilisation d’explosif pour sortir entièrement l’épave. Les ordres venant de haut, on m’aurait tout permis, même l’emploi d’un bombardier tactique !

A l’aube fine, « à l’heure ou blanchit la campagne », avec mes plongeurs j’enfouis sous la ferraille quelques 50 Kilos de dynamite gomme.

3. dynamite.jpg

Alors que je m’apprêtais à tourner l’exploseur, l’un de mes collègues se met à hurler

-         Arrête ! Il y en a une dizaine dans l’eau !

Des gaillards d’outre-Rhin, ne parlant pas un mot de français barbotaient au dessus des charges.

On tentait de les faire sortir en employant un langage qu’eux avait uilisé à notre égard quelques 10 ans avant tel que « raous » « minen ! » Ce n’était pas facile.

L’un de mes scaphandriers dont la famille avait eu à en pâtir me conseillait d’appuyer :

-         Vas-y donc, vu leur âge, ils ont déjà du venir ici pendant l’occupe. Et ce coup-ci c’est nous les vainqueurs.

Nonobstant ces conseils, réalistes certes, j’ai attendu qu’ils soient dehors pour faire partir mes charges. Nous avons eu grand boum et quelques carreaux de fenêtre cassés dans le voisinage.

5. explosion.jpg

Mais surtout ayant calculé large, les restes de l’épave se sont retrouvés en tas sur la plage. Avec les félicitations du maire,

Revenons donc à Portissol où là pas question d’utiliser la manière forte.

2. port-issol.jpg

J’ai donc amarré mon hors bord sur les ferrailles avec du câble métallique

Et en avant, effectivement l’hélice à toute vitesse créait un courant violent ouvrant une véritable excavation. Au bout d’un quart d’heure de ce traitement, le pieu venait tout seul. Là aussi, l’affaire fut rondement menée. Une fois sortis de l'eau ils ont été découpés en courts morceaux au chalumeau.

6. chalumeau.jpg

Les années 50 / 60 on était heureux, on faisait ce que l’on voulait sans entraves administratives, et l’on ne savait pas ce qui allait arriver. Pauvre de nous ! Pensez donc un pétard de cette taille actuellement je serais pendu haut et court par les écolos du coin pour pêche illicite. C'est vrai que le midi au restaurant de Tante Favouille au bout de la plage, on s'est mis à table devant une friture de petits rougets dont je garde un souvenir ému. 



01/10/2015
32 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 282 autres membres