Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

Pour les Plongeurs Démineurs et les Nageurs de combat

Le DC 55

Dans « le Monde du silence » le commandant Jacques Yves Cousteau relate ses premiers essais fâcheux avec un appareil de plongée à circuit fermé. Il aura deux fois de suite rendez-vous avec de sévères hyperoxies.

1.jpg

Lors de la création du Gers, les exploits des nageurs de combat étrangers, italiens surtouts, conduisent la Marine Nationale à la création d'un appareil permettant son utilisation pour des attaques similaires. Mais ce type d'appareil utilisant de l'oxygène pur limite sa profondeur. Cousteau pense alors à utiliser un mélange d'oxygène azote avec une fuite.

C'est le pharmacien chimiste DUFAU CASANABE qui lui constate en laboratoire que le taux d'azote n'est pas équilibré et varie selon le volume respiratoire du plongeur. Après une étude et des recherches poussées, il va mettre au point un dispositif avec une fuite proportionnelle au volume de chaque respiration. Le prototype essayé en mer fin 1949 donne entière satisfaction.

2.jpg

Sa première version opérationnelle sortira en 1952. Il prend le nom de DC 52. DC pour les initiales de DUFAU CASANABE. 52 pour l’année de sa sortie.

4.jpg

C'est la Spirotechnique qui fabriquera une première série de 10 appareils  DC 52. Après essais, comme tout prototype le DC 52, s’il se révèle excellent dans son principe est loin de donner satisfaction dans son application.

3.jpg

D'un volume et d'un encombrement trop important, il nécessite aussi un entretien continuel et bien souvent des modifications.

C'est lors de sa prise de commandement au Gers en 1955, que le Capitaine de Frégate CHAUVIN confie au pharmacien chimiste principal René PERRIMOND TROUCHET

5.jpg

et à l’Ingénieur mécanicien VALLANCE la mission de créer un appareil fiable, en conservant le principe de base découvert par le pharmacien DUFAU CASANABE.

Ces deux officiers vont mettre au point le DC. 55. Les essais vont durer plusieurs années. Conscrit au GERS, j’y participerais largement dès ses débuts.

6.jpg

Par la suite cet appareil d’une grande fiabilité sera utilisé par les Plongeurs Démineurs et Nageurs de combat de la Marine nationale et par de nombreuses autres marines de pays étrangers.

7.jpg

Son appellation DC 55 correspondait à :

-         DC pour Dufau Casanabé

-         55 pour l’année

Certains ont émis l’idée que 55 devrait correspondre à la profondeur qui pourrait être envisagée pour son utilisation. Il n’en est rien.  À l’origine le DC 55 était prévu pour des plongées à 27 M dans sa première version.

8.jpg

Les officiers du GERS envisageaient cependant de le modifier pour aller plus profond.

Ce qui fut fait par la suite en y adaptant d’autres mélanges respiratoires qui lui ont permis alors d’atteindre 55 M. Le mécanisme restant le même voir ci-dessous. 

9.jpg



03/04/2014
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 306 autres membres