Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

Pêche à la dynamite en Corse !

C’est vrai mais…

Sars et Pageots.jpg

En 1958, jeune entrepreneur de travaux sous-marins, j’avais été retenu pour la pose d’un émissaire en mer à Ajaccio,

Il fallait allonger un tube PVC de 200, un matériau plastique, sur une longueur de 500 M où seraient déversées les eaux usées d’un groupe d’immeubles.

Tout se présentait dans les meilleures prévisions établies par un bureau d’études d’ingénieurs chevelus.Sauf que…personne n’y était allé voir auparavant.

Après avoir posé les 50 premiers mètres dans le sable de la plage se dressent devant nous, dans l’axe prévu sur le plan, quelques barres rocheuses.

Émissaire Gabiani.jpg

Pour convaincre notre donneur d’ordre et les technocrates y afférant, nous prenons des photographies que nous étalons sur la table du bureau d’études et nous obtenons quelques réponses sibyllines ne manquant pas de sel !

-         Voui ! Bien sûr, essayez donc de passer là, il y a un passage…trop tordu… bon, mais là par contre…il y a un autre rocher plus loin. Bon enfin vous les scaphandriers de l’impossible, que faire ?

Nous avons la réponse toute prête.

-         Nous avons une solution relativement facile à mettre en œuvre.

Soupir de soulagement dans la salle, sourires ironiques de notre surveillant de chantier, qui nous connaît bien et, qui attend la suite.

-         C’est facile, on va faire sauter les obstacles. Donc, il va nous falloir 30 kilos de dynamite-gomme, 300 mètres de cordeau détonant, 50 détonateurs à mèche lente, et dans ce cas 20 mètres de cordeau Bickford.

J’éprouve en catimini le plaisir de mettre en défaut tous ces messieurs.

emissai 4.jpg

Pour eux, c’est la stupéfaction.  Car la dynamite, c’est l’horreur ! Et encore nous ne sommes, qu’en 1958. Les plasticages et autres nuits bleues ne se feront connaîtrent, comme sport local sur l’île, que plus de dix ans plus tard.

Non, pour eux la dynamite, c’est le dernier film où Yves Montand dans un film pêche a l’explosif.

Alors ici, en plein centre-ville avec de jeunes fous, de 25 ans, qui vous parlent de manipuler cela comme de la pâte de guimauve, cela les laisse sans voix.

Le surveillant des travaux qui maintenant nous connaît bien tente va les rassurer

-         Allons du calme, ne vous laissez pas influencer par le ton léger de notre jeune chef scaphandrier qui ne rêve que plaies et bosses, il est exact qu’ils sont experts en la matière, je le confirme les ayant déjà employés pour la démolition d’un quai rescindé devant les bureaux des Ponts et Chaussées à Toulon. Pas une vitre n’a été brisée ! Juste une ou deux jolies secrétaires un peu chahutées qu’ils se sont empressées, galants hommes, de rassurer !

Je les garantis, d’ailleurs c’est moi qui dois fournir ce qu’ils viennent de nous demander.

Le plus difficile sera d’obtenir un arrêté préfectoral autorisant les tirs

Et attendez-vous à voir les eaux usées de vos immeubles se déverser sur la plage ! Connaissant le mauvais caractère des corses y exploitant des commerces, je vous laisse seuls juges et surtout responsables des suites…

Nous avons eu l’autorisation dans les deux jours suivants, le dernier des arguments présentés s’étant montré décisif à tous les échelons de la hiérarchie administrative.

La presse locale avait fait paraître un entrefilet, les histoires d’explosifs étant déjà considérées comme secondaires dans une île qui en avait vu d’autres.

En bref, ce matin-là, nous étions tranquilles en nous mettant à l’eau lourdement chargés par nos paquets de cartouches de dynamite gomme.

Je vais vous expliquer, comment nous avons dû procéder.

Nous avions procédé les jours précédents à la perforation des roches gênantes à l’aide d’un outil pneumatique. Pour obtenir les trous en question, il fallait tenir, à bras fermes une perforatrice de 35 kgs qui bondissait et vibrait dans tous les sens quand on ouvrait la manette envoyant de l’air comprimé, source d’énergie. Et dans le dur granit corse ce n’était pas facile.

Mais c’était notre métier, nous avions appris au fil des chantiers à dompter cet appareil rétif et bruyant.

Dans les trous, on a introduit l’une derrière l’autre, en chapelet, les cartouches d’explosifs reliés entre elles par le cordeau détonant.

Lui-même était, à son tour fixé sur la sortie du forage précédent, le tout formant une ligne venant en surface sur un flotteur, où y était ligaturé le détonateur, à mèche

Le tout mis en place, je procède à l’allumage du cordeau Bickford d’un mètre, car il brûle à environ 80 sec/M, ce qui me laisse largement le temps de m’éloigner.

Un grand Boum ! Une gerbe de trente mètres de haut…

en mer ajaccio copie.jpg

Et à terre un agent de police cycliste de passage sur le boulevard, surpris, mais pas longtemps qui s’éloigne calmement.

Nous nous sommes régalés avec les sars, loups et dorades, ces victimes malheureuses de nos exploits. 

 

 

 

 

 

.

 



17/12/2015
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 318 autres membres