Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

Le Sous-marin de Cornélius Van Drebell

 

…et son mystérieux élixir

4. . drebbel_cover.jpg

Cornélius van Drebell est largement connu suite à la première immersion de son sous-marin, à une date, à peu près certaine, qui se situerait en 1624.

1. drebbel.jpg

Il faut voir maintenant ce qu’il en était de ce sous-marin.

Il devait mesurer dans les 20 mètres nous dit-on et il était actionné par des avirons, donc, des rameurs, comme on peut le voir sur cette reconstitution.

C’est la suite qui m’a mis la puce à l’oreille. Que voulez-vous comme tout vieux scaphandrier encore vivant et à peu près en forme, je suis un homme de détails ! C’est important dans notre métier !

Donc, ce brave Cornélius me faisait me poser des questions sur le sérieux de son invention.

Car, j’ai relevé que même si ses immersions étaient très courtes, il y avait des problèmes respiratoires pour son équipage. Normal, s’ils n’avaient à respirer que l’air contenu à l’intérieur de son cylindre. C’est alors que je lis qu’il avait inventé un élixir mystérieux, qu’il sortait d’une bouteille et qu’il versait entre les hommes de son équipage. À ce moment, ils se sentaient mieux d’un seul coup et ils tiraient de nouveau avec vigueur sur le manche…

Il pouvait recommencer comme cela quelques fois mais pas trop ! Bizarre non ?

Depuis tout le monde s’est penché sur la question et sur sa méthode de régénération de l'air. Et personne n’a rien trouvé !

Des théories fantaisistes ont été émises, mais sans résultat probant.

Je me suis mis à la recherche restant cependant dans le contexte de l’époque.

2. -Drebbel-front-300x167.jpg

Ce n’est pas encore le siècle des lumières mais néanmoins un temps où de nombreux chercheurs, charlatans notoires pour certains, sont répertoriés.

Et dans la liste des inventeurs célèbres, mais oublié, je découvre un Franciscus Sylvius (1604-1672) médecin néerlandais de son état,

3. téléchargement.jpg

certainement en relation avec notre Cornélius. J’ai donc imaginé ce dernier allant lui faire part de la difficulté respiratoire de ses hommes.

-         Mon cher confrère, je suis physicien, vous êtes médecin plus à même de m’aider à résoudre ce problème crucial pour la bonne marche de mon navire sous-marin…

-         Cher collègue, il est évident que cette énigme doit être résolue et je pense avoir dernièrement fait une découverte parfaitement adaptée au cas que vous me soumettez. Mon diagnostic est simple. Vos rameurs sont très vite fatigués, cela ne fait aucun doute. Qui plus est enfermés dans le tube que vous me décrivez, ils perdent confiance très rapidement, en fait, leur moral flanche…C’est le stress ! Alors ce qu’il vous faut c’est un remède souverain traitant ces deux symptômes fâcheux. Je vous conseille ma dernière invention le « Genever »

Avant d’aller plus loin…Qu’en est-il de ce Franciscus ? Lui s’il n’est pas connu nous a quand même laissé une invention de taille, qu’il vient de proposer à son ami Van Drebbel ! Oui ! Il a inventé le gin nommé dans ses débuts le « Genever » ! C’est en fait le fruit d’un mélange d’alcool et de l’arôme de la baie de genévrier.

C’est la première eau-de-vie de genièvre. Qui voit donc le jour aux Pays-Bas à la même époque que l’invention du sous-marin de Van Drebbel ? C’est ce qui n’a pas manqué d’attirer mon attention…

5. elixir VD.jpg

La conversation entre ces deux savants continue :

-         Cher confrère reprend Cornélius, nul doute que ce que vous me proposez ne soit l’idoine de nos recherches, mais expliquez-moi en quoi ces difficultés pulmonaires et ces maux de tête peuvent être vaincus…

-         Voyons mon cher camarade répond le Dr Sylvius, les symptômes que vous me décrivez sont les mêmes que ceux de la grippe qui est soigné comment ? Laissez-moi finir…Avec des tisanes à fortes doses de rhum ! Dans votre cas, vous obtiendrez de bien meilleur résultat avec mon produit pur qui va avoir en plus la valeur du mystère et de l’inconnu. Je pense que cela va vous permettre d’augmenter largement la durée de l’immersion et la vigueur de vos moyens humains propulsifs. Il est évident que comme tout produit médical celui-ci a des effets secondaires notoires. Si vous abusez dans la distribution, votre équipage va devenir vite euphorique et ressentir des effets de vertiges manifestes. Je pense que deux absorptions espacées d’une demi-heure ne devraient pas être renouvelées.

-         Mon cher Sylvius répond notre sous-marinier, je vais de ce pas mettre votre ordonnance en pratique. Et je vais acquérir quelques litres de votre « Genever »

-         Si je peux me permettre d’insister reprend Franciscus je vous conseille de présenter cela dans une petite fiole, afin d’éviter les débordements …et qui sais justement augmenter le mystère, en parlant de sa rareté…Une bouteille de forme géométrique carrée par exemple, cela ne s’est encore jamais fait !

Comme vous le voyez, inutile de chercher plus loin des formules scientifiques alambiquées, Cornélius Van Drebbel donnait un coup de gin à boire à ses rameurs. Comme c’était une liqueur peu connue, ces derniers se disaient qu’effectivement, avec ce médicament, ils respiraient mieux. En fait un placebo doublé de gnole, croyez- moi cela vous bouge un homme.

Je vous en laisse seuls juges de ma théorie.

Depuis et même dernièrement d’autres inventeurs sont apparus et visiblement sans besoin d’un élixir pendant la navigation, mais qui sait à la sortie ?

6.JPG

 


  

 

 



11/10/2015
21 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 320 autres membres