Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

Le scaphandrier et son bonnet rouge.

Les bonnets rouges sont d’actualité et font parler d’eux en Bretagne, alors…

C’est le Cdt Cousteau qui à fait revivre  le bonnet rouge des scaphandriers.

1.jpg

C’est aussi grâce à lui que j’ai donc pratiqué cette noble bien que quelquefois redoutable profession dès l’âge de 20 ans. C’était en 1953.

Faisant subir une concurrence fâcheuse à ceux qui méritaient ce titre parce qu’utilisant le scaphandre dit lourd, nous avons donc été par la suite, après avoir renvoyé les casques en cuivre dans les musées où les dessus de cheminée, leurs dignes successeurs.

2.jpg

Ce que j’affirme sans honte car prendre la place de quelques-uns de ces rudes gaillards n’a pas toujours été facile.

Certains étaient des travailleurs hors pairs, surtout dans le domaine des travaux publics sous-marins que nous les premiers affectionnions particulièrement,  le seul champ possible de nos activités.

La plongée très profonde sur les champs pétroliers allait attendre une dizaine d’année pour amplifier le métier

Comme dans toutes les professions nouvelles il nous fallait tout inventer ou réinventer. Surtout sur le plan physiologique où nos ancêtres avaient  des théories simplistes. Il m’est  souvent  arrivé de m’entendre traiter de grenouille. Ce qui n’était pas grave en soit. Où cela devenait épique c’est quand il nous était jeté au visage devant des parterres d’ingénieurs :

« Que oui, on pouvait rendre service pour des reconnaissances rapides mais que le travail profond nous était interdit, car notre matériel léger ne nous permettait pas de résister longtemps…à la pression »

3.jpg

Hargneux comme des jeunes chiens que nous étions, défendant leur os, nous avons vite démontré que les tables de décompression étaient nécessaires et qu’il n’était pas judicieux de les effacer le samedi pour rentrer plus vite à la maison ou aller voir les jolies et avenantes filles des bars portuaires dont il avaient rêver au fond, comme on peut le voir ici sur cette image légendaire sulfureuse.

4.jpg

Après avoir créé l’Institut Nationale de la Plongée Professionnelle, l’INPP à Marseille, le premier décret règlementant la sécurité, il a été décidé que ceux qui seraient certifiés mention A hériteraient du titre de « Scaphandriers »

Partant de là nous avons coiffé le bonnet rouge du Cdt Cousteau et des anciens.

5.jpg

Mais au fait d’où venait les origines du dit bonnet.

Il est retenu qu’il avait d’abord été porté par les bagnards de Toulon et Brest assujetti à de lourdes peines et donc il était normal de leur faire prendre des risques.

Cela consistait à utiliser un « bonnet rouge » pour enlever les derniers étançons qui soutenait la coque d’un navire devant être mis à la mer.

Inutile de vous dire que quand la coque commençait à glisser sur la pente, le malheureux devait être agile. Sinon…et bien ce n’était pas grave vu sa lourde condamnation à laquelle il n’aurait certainement pas survécu

Quand il a fallu envoyer des individus pour utiliser les premiers scaphandres dont celui du Chevalier de Beauve et ceux qui ont suivi on a pratiqué de la même manière.

6.jpg

Là, si le matériel tenait bon et que le scaphandrier restait des heures dans l’eau quelquefois assez bas, lors de sa remontée sa perte ne causait pas de grand chagrin. Que dire de ceux qui y réchappant devenaient bancroches, béquillards aveugles ou sourds.

Ensuite ce bonnet en bonne laine isolait la tête du froid et permettait de pouvoir appuyer souvent sur la soupape de vidange d’air se trouvant dans la partie haute du casque. J’ai eu à connaître ce type d’engin.

Lors de mon service au GERS notre pacha décida un jour de nous faire découvrir les joies du scaphandre lourd.

7.jpg

J’ai décrit dans mon ouvrage « Plongées au GERS » ce que j’ai nommé dans l’un des chapitres « Les plus mauvaises plongées de mon existence » Trop long à écrire ici, procurez vous l’ouvrage si vous voulez en savoir plus. Sachez seulement que lors de ma troisième plongée, à 30 M, j’ai passé le plus clair de mon temps à me battre avec la gueuse fixée au bout du bout de descente, planant à 2 M au dessus du fond pour ne pas lever des nuages de vases, mais qui par de longs balancements essayait d’atteindre la vitre de mon casque. S’ajoutait à cela que le maudit bonnet rouge lui essayait de me descendre sur les yeux. J’ai vécu des moments intenses dont je me serais bien passé et que je n’ai jamais cherché à rééditer.

8.jpg

Non, mon bonnet rouge, j’ai été le chercher bien ailleurs lors de mes cinquante années d’immersions diverses en scaphandre Cousteau.

Un peu fiers, je crois aussi  que nous, les scaphandriers de Galerne, l’avons bien mérité.

 



01/11/2013
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 325 autres membres