Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

La route de l’histoire de la plongée Sous-marine.

En 1997, Pierre Yves Le Bigot, dit PYLB, se trouvait être le Président de l’association du Musée Frédéric Dumas à Sanary.

Nous venions, de réaliser la mise en place de la plaque commémorative de la première plongée de Cousteau et Dumas à Bandol en 1943.

Esprit fertile, Pierre Yves, ainsi qu’il nous l’avait démontré avec la création de « l’Art Bleu,  Salon des arts appliqués du monde sous marin », titre qui lui revient, n’allait pas s’arrêter là, lançant le projet de la mise en place d’une stèle sur l’île du Gaou relative à la réalisation du film « par 18 M de fond » réalisé par Cousteau, Dumas et Tailliez, au Brusc, à Six fours, en 1942.

Ce qui lui donna l’idée de la création d’une « Route de l’histoire de la Plongée sous marine »,reliant tous les sites où étaient déjà distingués des pionniers.

Certains existaient déjà et au fil des ans, d’autres initiatives allaient en faire apparaître sur différents points de notre littoral.

En voici l'inventaire, pour ceux qui me sont connus :

À l’INPP, à Marseille, pour André Galerne, fondateur de la Sogétram.

1. Galerne.jpg

Bandol, le lieu de la première plongée de Cousteau et Dumas en 1943.

2. Plaque Bandol.jpg

À Bandol pour Patrick Mouton, plongeur, journaliste, écrivain.

3. Patrick Mouton.jpg

Esplanade Frédéric Dumas à Portissol.

4. sanary.JPG

Toujours à Sanary à Portissol le rond-point des Mousquemers.

5. sanary.jpg

À Six Fours, sur l’île du Gaou pour le premier film de Cousteau en 1942.

6. Plaque Six Fours.jpg

Le rond-point des Plongeurs Démineurs à La Seyne.

7. plaque Démineurs.jpg

Toujours à La Seyne le quai Philippe Tailliez.

7. Quai Ph tailliez.jpg

Aux deux Frères sur le lieu de la disparition de Pierre Labat.

8. P Labat.jpg

Au Pradet Philippe Tailliez

9. taillez le pradet.jpg

Un bassin au port de St Raphaël pour Yves Le Prieur.

10. le prieur.jpg

Il va sûrement m’être reprochés des oublis, prière de me les faire connaître

Par contre, il serait possible d’en faire figurer d’autres.

Ce qui n’est pas facile si vous choisissez une école, une rue…mais cela le devient au vu de la prolifération des ronds ponts mis en place dans nos communes du littoral.

Ce n’est pas d’un coût élevé avec de très belles plaques en lave émaillée en couleurs. Il est possible d’en résoudre le financement par une souscription.

Alors qui va s’y mettre en premier, il en reste de nos anciens ceux qui ont œuvré pour notre passion, et dont même le nom va disparaître.

Pour ceux qui voudraient en savoir plus, je me tiens à leur disposition pour les faire profiter de ma modeste mais réaliste expérience en la matière.

 



07/04/2017
46 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 325 autres membres