Le-Scaphandrier

Le-Scaphandrier

L'amphore de Frédéric DUMAS.

                                                

Alors que je venais de fonder aux côtés de Barthélémy Rotger, le musée Frédéric Dumas à Sanary, un amphore, me fut remise par Didier Martina- Fieschi, à l'époque archéologue de la ville de Sanary. Possédant un DEA dans cette matière, il gérait tous les sites archéo, tant terrestres que sous marins. Il avait trouvé cette pièce dans un local municipal.

Dès que je vis cette poterie antique, le souvenir me revint et je lui fit part de ce que je connaissais sur cette amphore :

-        Didier, c'est une amphore de l'épave des Belges, remontée par Frédéric Dumas !

Je vais vous en conter maintenant l'histoire.

                                          

C'est vraisemblablement en 1965, qu'un club de plongeurs belges découvre en baie de Bandol un gisement d'amphores. Le DRASSM n'est pas encore créé, il ne le sera qu'en 1966. C'est le Professeur Fernand Benoit, Directeur des Antiquités de Provence, Conservateur du musée Borelli à Marseille  qui centralise et fait expertiser les découvertes que les plongeurs veulent bien avouer.

                          

Revenons donc à la découverte de nos Atrébates bruxellois. Comment le professeur en fut-il avisé ? Je l'ignore, mais les rumeurs circulent vite dans le Monde, dit, du Silence

Toujours est-il qu'il demande à Frédéric Dumas de plonger sur ce site, et de l'expertiser.

Ce qui fut fait, par ce pionnier averti et largement compétent.

Il dut en faire un rapport et des aussi des photographies du gisement à l'aide de son appareil de prises de vues sous marines le calypso-phot.

                                       

Cet appareil lui a été offert par la Spirotechnique qui le commercialise. Son format est de 24 x 36. Très belle présentation avec un gainage genre peau de requin

Il est surtout le premier engin totalement étanche.

Je pense que le rapport doit être maintenant dans les archives du DRASSM, ainsi que les photographies.

Après avoir retrouvé cette amphore une seconde surprise m'attendait, quand Mr Barthélémymy Rodger, Président de l'association du musée me présenta une photocopie où je reconnu le gisement d'amphores de l'épave des Belges. Coipe provenent donc des images réalisées par Frédéric Dumas.

            

Continuant mes recherches, travaillant sur l'oralité de cette découverte, j'appris ainsi que Frédéric Dumas avait remonté deux amphores, une pour le musée Borelli, la seconde pour la municipalité de Sanary.. Cette dernière avait été oubliée et venait de refaire surface, si l'on peut s'exprimer ainsi.

Elle à depuis  sa place au sein de la Tour Romane de Sanary sur mer.



27/06/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 320 autres membres